Le 11 mars, l’OMS a qualifié de « pandémie » l’épidémie de coronavirus Covid-19. A ce jour, des dizaines de milliers de cas ont été confirmés partout dans le monde (voir liste des pays concernés et chiffres via le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies).

Dans le contexte de pandémie de coronavirus Covid-19, d’importantes restrictions aux déplacements internationaux et des mesures de contrôle des flux touristiques ont été mises en place par les autorités locales. Une quarantaine de 14 jours est imposée, dans des conditions très variables de confort et d’hygiène. Les infrastructures touristiques refusent l’accès aux étrangers. Les compagnies aériennes réduisent les dessertes entre l’Inde et l’Europe.

A partir du 13 mars, la validité de tous les visas tourisme est suspendue jusqu’au 15 avril. Les facilités d’accès au territoire indien pour les détenteurs de cartes OCI sont également suspendues..

Compte tenu de ces mesures, il est recommandé de différer les déplacements en Inde jusqu’à nouvel ordre. Par ailleurs, les Français de passage se trouvant actuellement en Inde sont invités à prendre les mesures nécessaires pour un retour en France tant que les liaisons commerciales restent ouvertes.

 

Manifestations (25/02/2020)

La mobilisation en réaction à la réforme de la nationalité peut conduire à des affrontements violents à caractère intercommunautaire et affecter temporairement les conditions de circulation dans les grandes villes. La situation est particulièrement tendue et imprévisible à New Delhi.

Il est recommandé de rester à l’écart des rassemblements et de respecter les consignes des autorités locales.

Delhi : pollution atmosphérique

En raison des taux élevés de pollution atmosphérique, il est recommandé de privilégier les hébergements disposant de purificateurs d’air et d’éviter l’exposition à l’air extérieur en période de pics.
Des mesures de maîtrise de la circulation automobile peuvent ponctuellement affecter les déplacements.

Jammu et Cachemire

Il est rappelé que tous les districts de la vallée du Cachemire ainsi que le district de Kargil (division administrative du Ladakh) sont formellement déconseillés. Les voyageurs en transit depuis ou vers le Ladakh par la voie terrestre doivent prévoir des itinéraires évitant la zone formellement déconseillée. Les communications peuvent être perturbées.

La situation au Jammu et Cachemire peut avoir des répercussions sur l’ensemble du territoire indien. Il convient d’exercer une vigilance particulière et de se tenir régulièrement informé de l’évolution de la situation.