L’Inde ne ressemble à aucun autre pays. Il vous promet un voyage extraordinaire !  Le 1er voyage au pays de Gandhi secoue. Vous trouverez dans les sourires, de l’élégance, de la grâce dans les mouvements de l’habit traditionnel, le sari, dans l’enroulement d’un turban. Il y a de la ferveur dans les pierres. Oui, une majesté dans l’architecture, du naturel dans la spiritualité. Malheureusement, la dureté de la vie, vous la rencontrerez à chaque coin de rue. En Inde, rien n’est facile, la plus grande démocratie du monde accepte ses contradictions. La liberté d’expression est entière. On visite l’Inde du Nord pour ses temples, ses sites archéologiques et pour le fabuleux paysage de l’Imalaya. Quand on voyage en Inde, on garde en mémoire, les rencontres avec les locaux, mais c’est surtout les couleurs, les instants de grâce offerts par une population curieuse.

Visiter l’Inde du Sud, est aussi magique ! Comme pour le Nord de l’Inde, on y vient pour ses temples et ses sites archéologiques. Mais on y découvre aussi une nature à foison. L’Inde n’est pas un pays comme les autres, c’est un pays plein de saveurs et de force. C’est du piment à l’état brut. L’Inde a la faculté de vous faire vivre dans le passé avec son histoire riche et c’est à la fois une expédition dans le futur. Prenez votre visa d’entrée pour l’Inde et découvrez ce pays qui ne fait pas dans la demi-mesure.

La République de l’Inde se trouve en Asie du Sud et occupe la majeure partie de la péninsule indienne. C’est le deuxième pays le plus peuplé après la Chine et avec ses plus de sept mille kilomètres, l’Inde est le septième plus vaste pays du monde après la Russie, le Canada, les États-Unis, La Chine (y compris le Macau et le Hong Kong), le Brésil et l’Australie.

Dès 1931, New Delhi est la capitale administrative du pays.

L’Inde partage sa frontière avec le Pakistan, l’Afghanistan, la Chine, le Népal, le Bhoutan, le Bangladesh et la Birmanie. Le pays se trouve aussi très proche au Sri Lanka et les Maldives.

L’INDE, UN PAYS AVEC UNE HISTOIRE RICHE

Depuis 3000 av J.C. la terre du sous-continent indien représentait le foyer pour les civilisations. Pendant des siècles, grâce à sa place importante en vus les routes commerciales antiques parmi l’Asie d’est, l’Europe et la péninsule arabe, ce territoire attirait des migrants qui y restaient, formaient leurs cultures, pour enfin développer ce que nous connaissons aujourd’hui comme la culture indienne. C’est là où quatre religions majeures sont nées – l’Hindouisme – la religion la plus ancienne, le Jaïnisme, le Bouddhisme et le Sikhisme – la religion la plus jeune au monde. Aujourd’hui, peu plus de 80% de la population de l’Inde est hindouiste. Apart des religions ci-dessus mentionnées, le Christianisme et l’Islam sont aussi présenté par pas mal des habitants de l’Inde.

 Taj Mahal

LE TAJ MAHAL

Le Taj Mahal, en devanagari ताजमहल, en persan تاج محل qui signifie « le palais de la couronne », est situé à Agra, au bord de la rivière Yamuna, dans l’État de l’Uttar Pradesh, en Inde. C’est un mausolée de marbre blanc construit par l’empereur moghol musulman Shâh Jahân en mémoire de son épouse Arjumand Bânu Begam, aussi connue sous le nom de Mumtaz Mahal, qui signifie en persan « la lumière du palais ». Elle meurt le  en donnant naissance à leur quatorzième enfant alors qu’elle accompagnait son mari pendant une campagne militaire. Elle trouve une première sépulture sur place dans le jardin Zainabad à Burhanpur. La construction du mausolée commence en 1631 et est achevée dans sa plus grande partie en 1648. Son époux, mort le , est inhumé auprès d’elle.

L’INDE À L’ANTIQUITÉ

La Civilisation de la vallée de l’Indus était la première culture urbaine de l’Asie du Sud. Elle s’est formée et se développait entre 2500 et 1900 av. J.-C. sur le territoire du Pakistan et de l’ouest de l’Inde. La civilisation fleurissait autours des villes de Dholavira, Mohenjo-daro, Kalibangan et Harappa.

Entre 2000 et 500 av. J.-C. les peuples de la péninsule indienne sont passé de l’âge Chalcolithique à l’âge du fer. C’est autour du XVe siècle av. J.-C. que la culture védique est née au Pendjab et dans la plaine du Gange. La culture védique est basée au Veda – l’ensemble de textes sacrés contenant la Connaissance révélée transmise pas les Sages de la société. Ces textes ainsi que la forme de la transmission sont à la base de la formation du brahmanisme et de l’hindouisme.

De cette période date aussi la formation du système des castes. Ce système est aux seins d’une hiérarchie de la société indienne contemporaine. Initialement, le système des castes gardait la place supérieure pour les hommes de religion – les prêtres, puis pour les militaires, et enfin pour les paysans libres.

Quant au Gange et ses plaines, vers le Ve siècles qui était aussi la fin de la période védique, les Mahajanapadas se sont formés. Les Mahajanapadas sont nés de la consolidation en 16 monarchies des micro-états – les chefferies. De cette période date la naissance des villes et du développement de la vie urbaine. Avec la vie urbaine, la religion et ses branches ont commencé à se développer eux aussi. Le Bouddhisme et le Jaïnisme sont devenus des religions indépendantes et séparées de l’Hindouisme.

GAUTAMA BOUDDHA

L’image de cet homme calme et rond attire des fidèles de toutes les castes. C’est l’histoire de sa vie qui marque le début de l’histoire écrite en Inde.

Sur la péninsule indienne, des royaumes petits et plus grands ont apparu et disparu. Parmi eux – le royaume de Magadha le prédécesseur de l’Empire maury.

La période de 200 av. J.-C. jusqu’aux 200 apr. J.-C. marque le règne des dynasties Chera, Chola et Pandya. En même temps, l’Empire Gupta qui se développait sur la plaine du Gange, a développé une vie administrative avec un système de taxation mais pas seulement! Le Royaume Gupta crée un système religieux basé à l’hindouisme avec de nouveaux rituels. Sous Gupta, les arts et les sciences comme la littérature sanscrite, l’astronomie, la médecine et les mathématiques commencent aussi à se développer.

L’INDE DURANT LE MOYEN-ÂGE

La période entre l’âge 600 jusqu’à l’âge 1200 – est la période de la première partie du Moyen Âge indien. Elle se caractérise avec la naissance des différents royaumes régionaux et une vaste diversité culturelle. Des guerres entre les dynasties qui régnaient sur le territoire de l’Inde d’aujourd’hui, se sont menées avec le but de gagner du territoire et d’influence sur la péninsule indienne. Entre eux, les dynasties de Harsha de Kânnauj, de Chalukya, de Pala de Bengale et des Pallava.

Malgré les siècles de guerre, aucune des dynasties aristocratiques n’a pas réussi d’augmenter son territoire.

Entre temps, aux VIe et VIIe siècles la religion et le système des castes s’est étendu sur toutes les territoires des royaumes. L’hindouisme, lui aussi a vu sa renaissance dans la création des temples construits par les dynasties royales et attirant des peignîmes.

Les VIIIe et IXe siècles ont vu la culture et le système politique indiens se répandent au Sud-Est de la péninsule, vers ce qu’on connaît aujourd’hui comme la Thaïlande, le Laos, le Cambodge, la Malaisie et Java.

À la fin du Xe siècles, les royaumes ont soufferts des attaques nombreuses des tribus nomades musulmans. Ils attaquaient les plaines du nord-ouest et ont réussi enfin de créer en 1206 le Sultanat de Delhi.

LE SULTANAT DE DELHI

Le Sultanat de Delhi a réussi d’établir son pouvoir sur une population qui étaient en sa majorité non musulmane en préservant les tradition, loi et religion locaux. Au XIIIe siècle, le Sultanat a repoussé l’attaque des Mongols. La péninsule indienne continuait d’attirer des commerçants, des soldats, des artisans et des hommes religieux pendant les siècles suivants. La culture hindo-islamique s’est installée dans le nord de la région.

Plus tard, les royaumes de sud, après avoir affaiblis sous l’influence de leurs voisins, se sont transformé dans l’Empire de Vijayanagara. Cette Empire a adopté les traditions religieuses shivaïte et l’expérience militaire du Sultanat. De cette manière, la péninsule indienne comportait deux royaumes qui marquaient sa tradition, et sa vie religieuse et culturelle pour les siècles qui viennent.

L’INDE MODERNE

Au début du XVIe siècle les Mongols ont encore une fois attaqué mais cette fois ci ils ont réussi à conquérir l’Inde du Nord. Et encore une fois le conquérant a décidé de ne pas toucher aux traditions des peuples. Il a établi une administration plus centralisée. En point de vu économique, le commerce avec l’Occident s’est développé. L’Inde de Nord tressait la route du commerce des métaux précieux avec l’Amérique.

Les impôts payés en argent donnaient aux paysans et les artisans accès aux marchés importants. La paix relative et le développement du commerce sous le règne des Mongols favorisait l’émergement de groupes sociaux parmi lesquels les Sikhs, les Marathas et les Rajputs.

L’EMPIRE BRITANNIQUE ET LA PÉRIODE COLONIALE

Pendant le XVIIIe siècles des compagnie maritimes européennes parmi lesquelles La Compagnie britannique des Indes orientales ont ouvert des bureaux sur les côtes indiens. Elles organisaient et dirigeaient ses affairent et les liens commerciaux entre les pays d’Europe et l’Asie.

La Compagnie britannique des Indes orientales disposait d’une avance technologique et militaire, ce qui lui ai permit de prendre le contrôle des autres compagnies européens.

L’histoire de la Compagnie britannique des Indes orientales dans la région est marquée par un événement tragique. En 1765 La Compagnie a mis aussi sous son contrôle le Bengale. Suite à un conflit militaire mais aussi à la famine de 1770 causée par des mauvaises récoltes de riz, entre sept et dix millions habitants de la province de Bengal sont mort.

Comme début de la période coloniale les historiens marquent 1980. C’est l’an de l’annexion d’une vaste partie de l’Inde par la Compagnie. En point de vu économique, l’Inde cesse ses exportations vers autres pays pour devenir un fournisseur de biens exclusivement pour les besoins de l’Empire Britannique.

La Compagnie britannique des Indes orientales, elle transforme d’une société commerciale à un organisme qui s’occupe de activités sociales comme éducation, culture, réformes sociales, etc.

Pendant le temps de la colonisation, un réseau de chemins de fers, le télégraphe et des canaux ont été construit. Le secteur agriculture a vu l’augmentation de l’export du coton jusqu’à 463 000 balles de 56 923 balles avant la colonisation. Une remarque concernant la production du coton. Les autorités à l’époque ont décidé d’utiliser le coton américain à la place su coton indien. Cette décision a mené à une production touchée par une maladie de laquelle seulement le coton américain souffre – le ver de la capsule. Le coton américain exigeait beaucoup plus d’eau que le coton indien. Cela menait à un épuisement plus vite des sols.

Au cours de années, la Compagnie britannique des Indes orientales a souffert la Rébellion indienne de 1857 aussi connu comme la Première guerre d’indépendance indienne mais aussi des taxes dures et une pression de part de l’Empire pour limiter l’influence de la Compagnie sur le nord et le centre de l’Inde.

Enfin, en 1858, L’Inde est passé sous l’administration directe de l’Empire britannique. En 1885 le Congrès national indien – l’un des partis principaux a été créé.

Malgré le développement de l’industrie, l’Inde reste un pays dépendent de sa production de riz. Faute de climat, de maladies sur le riz ou d’incompétence gouvernementale, le fait est qu’entre 1870 et 1890 presque 30 millions de citoyens sont mort de famine.

Après la Première guerre mondiale, Mahatma Gandhi de Gujarat est devenu le symbole de la lutte passive contre l’impérialisme britannique. Grâce à son mouvement, dans les années 1930 des réformes législatives ont été votées. Le parti de Mahatma Gandhi a été élu dans le Congrès.

Le 15 août 1947 l’Inde gagne son indépendance de la Couronne britannique. Et paye le prix de la séparation du territoire en Inde et Pakistan.

LE SPORT EN INDE

Bien entendu, les 200 ans de gouvernement britannique ont résolu dans l’assimilation par le peuple des pratiques de la vie quotidienne anglaise y compris quelques sports.

Aujourd’hui l’Inde et le Pakistan sont uns des pays les plus forts dans le cricket et le polo. En Inde le hockey sur gazon est le sport national.

Inventé dans l’Empire Gupta pendant le 3e siècle, l’échec reste un jeu très populaire en Inde aujourd’hui. L’Inde a été la source du yoga – la discipline religieuse et du Kalarippayatt – l’art martial antique, les deux extrêmement populaire dans le monde.

Dans nos jours l’Inde a ses joueurs de football, de tennis et même un pilote de F1.

L’INDE INDÉPENDANTE

Aujourd’hui l’Inde est une république parlementaire fédérale et démocratique dont le pouvoir est partagé entre le gouvernement central, les 29 États et les sept territoires d’Union.

D’un pays rural, l’Inde est devenu une force majeure dans le secteur IT. Le pays même développe son propre programme spatial. Tata Group est un groupe industriel qui construit des automobiles et a même racheté Jaguar et Land Rover. Le groupe offre aussi des services de communication et informatiques, il est spécialisé dans la sidérurgie, l’électricité et la production alimentaire.

Malheureusement, à cause d’une tension militaire parmi quelques-uns de ses voisins, dès 1974, l’Inde a même commencé de développer un programme d’armes nucléaires.

En 2017, en termes de PIB nominal, le pays a pris la septième position et le troisième en PIB à parité de pouvoir d’achat. Malgré ces données favorables. La société indienne est séparée en riches et très pauvres. La corruption parmi les autorités n’aide pas à résoudre ce problème sociale et économique.

Le pays souffre aussi d’une pollution majeure à cause du développement industriel. Quelques des territoires sont touchées par une sècheresse qui mène à une migration vers les villes et à une détérioration du problème écologique et avec la pauvreté.